Conférence – 04/01/2019 – Engagement, Compétence et Sensibilité – Michel Récopé – Maître de conférences HDR Université Clermont Auvergne

Le thème de la conférence est « Engagement , Compétences et Sensibilité ».

La problématique sur l’engagement est abordée à travers 3 questions :
1. Qu’est ce que l’engagement ( de quoi parle-t-on ?)
2. Qu’est ce qui fonde l’engagement ( différents aspects un seul sera examiné ici ) ?
3. Quels sont les enjeux auxquels « répond » cette problématique ?

♦ Le c.v du conférencier

C.V Michel Récopé

♦ La vidéo de la conférence

 

♦ Un support de présentation

→ Télécharger : M. Récopé Open Lab 1er avril 2019

♦ Un résumé de la conférence proposé par l’auteur

→ Télécharger : Résumé Conference M. Récopé_01-04-2019

Deux publications sur la sensibilité à partir des travaux de Michel Récopé et ses co-auteur(e)s

Un article sur l’activité individuelle des joueurs de volley-ball professionnels intitulé « Evaluation de la situation et prise de conscience sous la pression du temps » (Récopé et al., 2019)

L’objectif de cette étude est de comprendre les différences interindividuelles dans le comportement défensif des volleyeurs d’élite confrontés à des situations de jeu similaires. Cette observation récurrente nous amène à adopter une approche ergonomique centrée sur l’activité.

Deux études de cas sont menées dans des contextes naturalistes. Dans la première, trente et un joueurs professionnels sont observés afin de rendre compte des formes typiques de comportement face à certains ensembles spécifiques de situations de jeu. Deux populations caractéristiques sont distinguées. La seconde étude utilise des observations et des entretiens d’autoconfrontation avec douze joueurs représentatifs de chaque population afin de caractériser leur évaluation de la situation.

Les résultats mettent en évidence des contrastes importants entre les deux populations, tant dans le comportement que dans l’évaluation des situations. Ils suggèrent qu’une norme d’activité centrée sur la question de la fin du rallye et une autre sur les rôles à assumer, orientent la cohérence spécifique de ces populations sous pression temporelle. L’identification de ces normes fournit une hypothèse concernant les fondements du sensemaking. Les implications pour le développement de la formation sont discutées.

Télécharger → Récopé, M., Fache, H., Beaujouan, J., Coutarel, F., & Rix-Lièvre, G. (2019). A study of the individual activity of professional volleyball players: Situation assessment and sensemaking under time pressure. Applied ergonomics, 80, 226-237.

Un article sur l’accés à l’expertise et le lien entre sensibilité et expertise (Récopé et al., 2019).

Notre contribution, adossée à des recherches conduites en raison d’insatisfactions issues du terrain de la formation en volley-ball, s’efforce d’investir un aspect méconnu favorisant l’accès à l’expertise. Elle s’inscrit dans les prolongements récents de l’approche énactive et de la philosophie de la vie, des normes et des valeurs de Canguilhem. Nous étudions l’activité de deux volleyeurs experts au moyen d’observations systématiques et d’entretiens d’autoconfrontation.

La confrontation des matériaux comportementaux et des verbatim met en évidence une cohérence propre commune aux deux joueurs, mais également à certains novices, ceux précisément qui performent et progressent davantage que les autres. Les résultats suggèrent que la sensibilité à est, au fondement de cette cohérence, un vecteur crucial de l’expertise. Elle est l’entité intégrant affectivité, cognition et motricité, ainsi que l’instance de la mobilisation de la personne vers ce qui lui importe. Les experts et certains novices ont une sensibilité à commune et nous détaillons les raisons pour lesquelles celle-ci favorise l’accès à l’expertise.

L’expert et le novice ne doivent plus être considérés comme des opposés, car leur activité peut être orientée par une même sensibilité à ; il y a lieu de distinguer et de relier deux axes d’analyse : celui de la sensibilité et celui de l’expertise. Nous défendons le principe que mieux comprendre l’expertise, c’est comprendre les conditions qui la favorisent pour tenter de concevoir une formation visant son accès.

Télécharger → Récopé, M., Fache, H. & Rix-Lièvre, G. (2019). La sensibilité, vecteur de l’expertise : le cas des joueurs de volley-ball. Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels, 63(63), 75-96. https://doi-org.ezproxy.uca.fr/10.3917/rips1.063.0075 .

Trois articles de Richard Soparnot sur les modèles de gestion du changement

Un article sur l’évaluation des modèles de gestion du changement organisationnel (Soparnot, 2005)

Richard Soparnot, « L’évaluation des modèles de gestion du changement organisationnel de la capacité de gestion du changement à … », Gestion 2005 4 (Vol. 29)

Un article sur la capacité d’adaptation (Soparnot, 2008)

Richard Soparnot, « La capacité d’adaptation ça se travaille », L’Expansion Management Review 20082 (N° 129), p. 48-55.

Un article sur Les effets des stratégies de changement organisationnel sur la résistance des individus (Soparnot, 2013)

Richard Soparnot, « Les effets des stratégies de changement organisationnel sur la résistance des individus », Recherches en Sciences de Gestion 20134 (N° 97), p. 23-43.

 

 

 

 

Conférence – 05/04/2018 – Les modèles de gestion du changement organisationnel – Conférence de Richard Soparnot – Directeur Académique et Professeur de Stratégie d’entreprise au Groupe ESC Clermont.

Le thème de la conférence de Richard Soparnot est spécifié par cette proposition : « De la capacité de gestion du changement à la gestion de la capacité de changement ». La réussite des entreprises en matière de changements organisationnels préoccupe le monde académique comme celui des praticiens. La littérature permet d’identifier un grand nombre de modèles de gestion du changement, à la fois très différents et très proches. Nous proposons de rassembler cette mosaïque et d’identifier deux paradigmes de gestion du changement : les paradigmes gestionnaire et complexe, chacun reposant sur une théorie propre de l’action managériale. Tandis que le premier met l’accent sur la nécessité d’un déploiement stratégique, le second insiste sur le rôle des conditions initiales. La réussite des entreprises en matière de changement semble toutefois osciller entre ces deux paradigmes, pourtant très différents. Dans ces conditions, qu’est réellement la capacité de changement ? Et quelles en sont les implications pour le management ? Telles sont les questions qui seront abordées dans cette conférence.

♦ Le c.v du conférencier

C.V R. Soparnot

♦ La vidéo de la conférence

♦ Un support de présentation

 

 

 

 

 

 

TéléchargerPresentation Soparnot 2018 De la capacité de gestion du changement à …

Conférence – 06/02/2018 – Comment mettre l’entreprise en mouvement – Pascal Croset, Docteur en sciences de gestion et consultant

La conférence de Pascal Croset aborde la question : « Comment mettre l’entreprise en mouvement ? ». Elle s’appuie notamment sur une étude cas détaillée dont il est le co-auteur.

♦ Le c.v du conférencier

→ Docteur de l’Ecole Polytechnique en sciences de gestion, il a débuté son activité professionnelle dans le monde du conseil avant d’assurer pendant six années la responsabilité du Service de l’analyse stratégique au sein de la direction générale du CNRS. Il a créé et dirigé pendant dix ans le cabinet de conseil en management Praxeo-Conseil  spécialisé dans l’accompagnement de dirigeants dans l’analyse stratégique, la conception et la mise en oeuvre de projets de transformation.

♦ En 2013, il reçoit le Prix Fondation Manpower – Groupe H.E.C du livre en management de l’année pour « L’ambition au coeur de la transformation » (Dunod éditions).

(Résumé) Le management s’invente et se renouvelle, d’abord et avant tout, dans les entreprises et dans les moments extrêmes qu’elles rencontrent. Bénéficiant d’un accès privilégié au coeur de l’action, l’auteur nous restitue l’incroyable transformation de la première entreprise du Maroc, l’Office chérifien des phosphates (OCP), acteur stratégique et mondial dans une activité industrielle hautement concurrentielle et sensible. Cet ouvrage est d’abord le récit d’une aventure managériale, avec ses difficultés, ses heurts et ses rebondissements. Mais il nous donne aussi les clés de compréhension d’un processus d’une extraordinaire complexité : celui de la transformation radicale, improbable et réussie d’une entreprise pourtant figée et sans marge de manoeuvre apparente. Cette leçon de management, techniquement audacieuse et conceptuellement novatrice, saura parler aux dirigeants et aux managers animés de la volonté de peser sur le cours des événements. Elle nous vient d’un de ces pays dits « émergents », pays qui ouvrent des voies nouvelles, y compris dans le management, jusqu’ici dominé par des standards anglo-saxons.

Avant – propos de Michel Berry : Ecole de Paris du Management, Ingénieur général des Mines, directeur de recherche au CNRS, il a été directeur du CRG (centre de recherche en gestion de l’École polytechnique) de 1974 à 1991).

♦ Il est également l’auteur en 2017 avec Ronan Civilise de : L’entreprise et son mouvement – Acte 1 : « libérons les énergies ».

(Résumé) Le 4 avril 2016 une grande entreprise industrielle lançait son « mouvement » : un vaste et ambitieux processus de libération des énergies destiné à soutenir un nouveau cycle de développement. Ce livre en retrace l’origine, les fondements et le déroulement. Pourquoi engager un tel processus alors que l’entreprise était déjà leader de son marché ? Mais surtout : comment opérer ? Les entreprises dites « libérées » commencent à être mieux comprises, mais rares sont les témoignages et les éclairages portant sur le processus qui a permis cette libération. Et plus rares encore sont les témoignages concernant les grandes entreprises, qu’on pense volontiers irréformables. Au fur et à mesure de la découverte de la matière très concrète de ce « mouvement » apparaît son véritable enjeu : l’émergence d’un modèle d’entreprise, avec une certaine idée de l’Homme, du collectif.

→ Le site du cabinet de Conseil Intédyn : http://www.intedyn.fr/

♦ La vidéo de la conférence

Deux publications de S. Lenfle sur innovation et gestion de projets

♦ Un article de Lenfle, S., & Midler, C. (2003). « Gestion de projet et innovation ».

TéléchargerLenfle, S., & Midler, C. (2003). Gestion de projet et innovation.

♦ Un chapitre d’ouvrage de S. Lenfle (2004) « Peut-on gérer l’innovation par projet ? ».

TéléchargerLenfle, S. (2004). Peut-on gérer l’innovation par projet.

 

 

Conférence – Comment caractériser les projets d’exploration et comment les piloter ? – 04/12/2017 – Sylvain Lenfle, Professeur des Universités en Management de l’innovation au Cnam

Comment caractériser les projets d’exploration et comment les piloter ?

♦ Le c.v du conférencier

C.V Lenfle

♦ La vidéo de la conférence

La conférence de Sylvain Lenfle aborde la question suivante : « comment caractériser les projets d’exploration et comment les piloter ? ».
Il revient notamment sur la question de la légitimité des projets d’exploration et il propose à titre illustratif une relecture de projets anciens comme par exemple le Manhattan project.

♦ Un support de présentation (coming soon)

 

Conférence – Proximité et innovation – 06/10/2017 – Damien Talbot – Professeur des Universités, IAE Clermont Auvergne (Dir.)

♦ Le c.v du conférencier

C.V Pr Damien Talbot

♦ La vidéo de la conférence

La question centrale qui est abordée est « faut-il être proche(s) pour innover ? ».
Le terme « proximité » connaît un vif succès et implicitement l’hypothèse communément admise est que la proximité présenterait des caractéristiques favorisant le maintien, voire le renforcement des relations (on parle alors de proxémie).
Qu’en est-il vraiment ? Quelles sont les dimensions de la proximité ? Géographique, non-géographique … Comment s’articulent-elles ?
Quels sont les rapports entre proximité et innovation ?

♦ Un support de présentation (coming soon)

Deux articles de D. Talbot (2013 et 2019) sur la proximité dans l’industrie aéronautique et dans le secteur médical

♦ L’innovation et la proximité dans l’industrie aéronautique  :

Utilisant le cadre théorique de l’école de la proximité, cet article analyse comment Thales Avionics articule des relations à proximité et à distance. Parfois, la réduction des coûts et l’accès aux marchés sont privilégiés pour une production de composants standard qui suppose peu d’échanges de connaissances : on assiste alors à des délocalisations, une proximité organisationnelle compensant la distance spatiale. Parfois Thales Avionics articule proximités organisationnelle et géographique pour favoriser la circulation de connaissances.

Telecharger → Talbot, D. (2013). Clusterisation et délocalisation Les proximités construites par Thales Avionics. Revue française de gestion, 5(5), 15-26.

La proximité comme perception de la distance : le cas de la télémédecine.

La proximité se définit par diverses dimensions mesurables objectivement. Bien que l’école de la proximité ait, dès sa création, insisté sur le caractère à la fois objectif et subjectif de la proximité, force est de constater que les dimensions subjectives ont été délaissées au fil des travaux. L’objet de cet article est de réinterroger cette part subjective. Pour ce faire, les auteurs s’appuient sur une analyse qualitative, fondée sur des entretiens semi-directifs menés auprès d’acteurs impliqués dans des projets de télémédecine. Au plan théorique, les résultats montrent qu’une part subjective de la proximité s’exprime dans toutes les dimensions jusque-là recensées et qu’elle revêt, en outre, un caractère ambivalent. La dimension subjective combinée à l’ambivalence génèrent un sentiment
« global » de proximité.

Telecharger → Talbot, D., Charreire-Petit, S. & Pokrovsky, A. (2020). La proximité comme perception de la distance Le cas de la télémédecine. Revue française de gestion, 4(4), 51-74.

Conférence – Routines organisationnelles et Innovation – 19/06/2017 – Conférence Arnaud Gorgeon, Professeur en Systèmes d’Information à l’ESC Clermont

Innover c’est changer. Pourtant, la grande majorité des activités menées par les organisations est ancrée dans des routines organisationnelles que l’on peut définir simplement comme des schémas d’actions répétitifs et collectifs. Le recrutement d’un nouveau collaborateur, les réunions hebdomadaires, la planification stratégique et la R&D en sont des exemples.

Les routines organisationnelles sont des objets complexes, qui se concrétisent non seulement par les activités répétitives que nous menons collectivement pour accomplir leurs buts, mais aussi par les représentations cognitives que nous nous en faisons, et les artéfacts que nous utilisons et déployons pour les mener à bien. Les routines sont sources de stabilité et de contrôle nécessaires à toute vie organisationnelle. Mais ces routines sont aussi sources de flexibilité et de changement.

Nous nous attacherons, durant cette conférence, à mieux comprendre cette dualité pour pouvoir l’exploiter dans une optique d’innovation organisationnelle ou de procédé, par exemple. Nous chercherons aussi à définir plus finement les rôles que tiennent les routines organisationnelles au sein des organisations, en précisant leurs structures et leurs dynamiques, dans le but de pouvoir s’interroger sur comment les changer ou en créer de nouvelles, c’est-à-dire innover.

♦ Le c.v du conférencier

CV Gorgeon_Arnaud_Groupe Esc Clermont

♦ La vidéo de la conférence (coming soon)

♦ Un support de présentation (coming soon)