Pour aller plus loin autour de … la « sensibilité à » et l’engagement

♦ Le chapitre d’ouvrage « Sense, Sensitivity and Competence » (Récopé, 2019) dans Management of Extreme Situations: From Polar Expeditions to Exploration‐oriented Organizations (Lièvre, Aubry & Garel, 2019)

La construction du sens par les acteurs d’une situation est essentielle pour la réalisation d’un projet dans un environnement extrême.

La sensibilité est le sens structurant de l’activité car elle oblige à inscrire les actions, les décisions, les comportements et les sentiments dans la rationalité pratique qu’elle organise.

Ceux-ci peuvent ainsi être abordés « en termes de vision, jamais en termes de division« .

On constate que la sensibilité établit une référence prévalente pour la régulation normative des interactions et fixe ainsi un objet central/global à satisfaire sous de multiples formes coordonnées. Selon la position des auteurs, toute compétence est le sens d’une évaluation positive.

Il s’agit d’une évaluation qui valorise et promeut des connaissances particulières identifiées par une communauté de référence.

Ainsi, les situations extrêmes dépendent de la sensibilité personnelle et sont des situations à fort enjeu identitaire, inhabituelles, risquées, dynamiques, dont l’issue est incertaine.

 

 

Télécharger une version pre-print (en français : source HAL) → Sens, sensibilité et compétence (Récopé, 2019

♦ Deux publications qui reviennent sur l’émergence de la question abordée pendant la conférence.

1. Un article qui précise notamment la notion de sensibilité et ses liens avec la présence active, l’expérience vécue, le développement et l’apprentissage à partir des travaux précurseurs de l’approche proposée (Récopé et al., 2011)

Télécharger → Recope M., Rix-Lievre G., Fache H., Boyer S. « La sensibilite a, organisatrice de l’experience vecue ». L. In Albarello et al. Experience, activite, apprentissage, PUF, pp.111-133, 2013

2. Une réflexion sur la nécessité et la possibilité d’une modélisation de l’activité pour rendre compte de la variété observée  de la « présence active » : un » élément de réponse à la question pourquoi les pratiquants régulièrement peu actifs, aussi longtemps qu’ils le restent, sont peu performants et progressent peu en formation ? ».

Télécharger → Une modélisation de l’activité est-elle nécessaire, est-elle Envisageable Récopé M., Boyer S., Rix-Lièvre G.et Coutarel F. Ergologia, n° 9, mai 2013, pp. 45-74.

Print Friendly, PDF & Email
ERROR: It had not been possible to open the file. Review your name and your permissions.